7 idées reçues qui empêchent les étudiants d'entreprendre

7-idees-recues-etudiant-entrepreneur

Dans cet article, je vais tenter de répondre aux 7 angoisses les plus répandues chez les étudiants entrepreneurs.

1 – Il me faut de l’argent pour me lancer.

FAUX.
Vous pouvez théoriquement créer une SARL où une EURL avec un euro seulement de capital propre (mais ce n’est pas conseillé). Il en est de même en entreprise individuelle qui peut-être une solution intéressante lorsque l’on est étudiant. Sachez qu’il existe beaucoup de manières de se lancer qui nécessitent un très faible capital de départ. Je pense que je développerais plus ce point dans un prochain article.

2 – Il vaut mieux attendre d’avoir un peu d’expérience professionnelle.

FAUX.
Pensez-vous qu’il sera plus facile de vous lancer lorsque vous aurez un salaire qui sera peut-être confortable, lorsque vous aurez un loyer à payer et peut-être une famille à nourrir ? Certes, vous n’avez pas autant d’expérience en management que quelqu’un qui a dix ans d’expérience professionnelle, mais cela peut largement être compensé par l’accompagnement dont vous bénéficierez comme je l’explique dans le point suivant. Vous apprendrez sur le tas. Et puis vous n’aurez sûrement pas à gérer des employés tout de suite de toute façon.
En revanche, vous pourrez appliquer ce que vous apprenez en cours si vous êtes en école de commerce management.
Et le plus important : vous arriverez sur votre marché avec un regard neuf !

3 – Il n’est pas possible d’être à la fois étudiant et entrepreneur.

FAUX.
Vous préférez attendre la fin de vos études pour créer une entreprise ? Si c’est votre choix. Mais voici quelques raisons qui pourraient vous pousser à créer une entreprise avant la fin de vos études.

  • Une bonne idée n’attend pas. Si une idée géniale vous vient, le genre d’idée que l’on a une seule fois dans sa vie, elle ne peut sûrement pas attendre des années. On a envie de la mettre en œuvre tout de suite, et si on attend trop, quelqu’un d’autre le fera à notre place.
  • Vous pouvez vous permettre de ne pas gagner d’argent. Vous n’avez pas de famille à nourrir, vous pouvez être nourri et logé chez vos parents : profitez-en.
  • Vous bénéficiez gratuitement de conseils d’experts. Vos professeurs de droit, de comptabilité, de marketing se feront un plaisir de vous donner leurs conseils si vous les sollicitez (sans en abuser biens sûr). Peut-être que certains d’entre eux sont même déjà entrepreneur ?
  • Vous pouvez bénéficier de l’accompagnement l’incubateur de votre école si elle en a un (C’est également valable si vous créez une entreprise après la fin des vos études). Vous pourrez ainsi profiter d’un local qui pourra être votre siège social, des conseils d’expert en entrepreneuriat et des autres entrepreneurs.
  • Vous pouvez bénéficier du statut avantageux de Jeune Entreprise Universitaire (JEU). Vous  bénéficierez par exemple d’une exonération d’impôt sur les bénéfices durant 3 ans !

Astuce : Vous pouvez profiter de vos périodes de stages pour travailler à temps plein pour votre entreprise ! Vous êtes alors votre propre tuteur de stage 🙂

4 – J’attends de trouver l’idée méga-super-géniale qui me rendra millionnaire du jour au lendemain.

FAUX.
Parce cette idée ne vient qu’une fois dans votre vie, voire zéro. Il vaut peut-être mieux avoir 100 idées à la con et les réaliser, plutôt qu’une seule idée géniale. Si 5% seulement deviennent rentables, votre succès est assuré, et parfois, les idées à la con se révèlent être celles qui marchent puisque personne n’avait pensé que ca marcherai. On ne peut jamais prévoir quand une idée va fonctionner : certaines idées à la con réussissent, et certaines idées géniales ne réussissent pas, il n’y a pas de règle.
Testez vos idées si vous le pouvez. AGISSEZ au lieu de PENSER.

5 – Tout seul je n’y arriverai pas, il me faut un associé.

FAUX.
Tout dépend quel type d’entreprise vous voulez créer. Il est tout à fait possible de créer une entreprise seul, que ce soit en AE où en EURL. Si vous pensez cela, c’est que vous manquez cruellement d’imagination. Où peut-être que vous en avez trop justement : créer une entreprise n’est pas forcément créer le successeur de Google. Vous pouvez développer une application iPhone à la vendre, vous pouvez faire du consulting, vous pouvez faire de l’import-export sur Ebay, vous pouvez devenir blogueur professionnel, … et il y a de nombreuses autres possibilités !!
Si vous trouvez un associé tant mieux, mais choisissez le bien. Comme le dit le proverbe il vaut mieux être seul que mal accompagné.

6 – Parce que.

FAUX.
En fait je dois vous avouer que je me suis loupé dans ma numérotation, et que j’ai dû trouver une septième raison : « Parce que ».
Toute raison que vous empêche d’entreprendre une fausse excuse. Le meilleur moment pour entreprendre c’est « Maintenant! ». Ce qui nous amène au point 7 :

7 – J’ai peur d’échouer.

VRAI.
En réalité, si vous croyez que l’une des phrases ci-dessus est vrai, c’est que vous avez PEUR. Oui, vous avez peur d’échouer. Si vous mesurer l’impact de votre échec, il sera relativement limité. Peut-être que votre banquier, vos clients, où vos fournisseurs ne vous feront plus confiance, mais vous aurez toujours un lit pour dormir et un bol de soupe à manger chez papa maman (sauf si vous êtes entrepreneur individuel, là c’est pas de chance : des gentils messieurs viendront saisir votre lit, votre ps3 et même votre nouveau PC que vous a offert mamie Jacqueline pour Noël).

A travers cet article, je voulais seulement vous transmettre que les limites que l’on a sont celles que l’on se fixe. Rien n’est impossible.
Je ne vous dis pas d’arrêter vos études, mais si vous avez vraiment une âme d’entrepreneur, alors « demain » c’est déjà trop tard. Alors lancez-vous.
JUST DO IT !!
(Cet article n’est pas sponsorisé par Nike.)

You may also like

28 comments

  • Fnor | Humeur Piano 4 janvier 2011   Reply →

    Voilà un article qui fait plaisir, étant moi-même toujours étudiant.
    Ce sont des vérités bonne attendre pour se bouger un peu.

    • Romain Simon 5 janvier 2011   Reply →

      Merci !
      Si cet article à pû te motiver, alors je ne l’ai pas écris pour rien 😉

  • Romm1 4 janvier 2011   Reply →

    Très bon’article même s’il est bien entendu très positif ^^

    J’ai moi même défendu l’idée qu’il y a de nombreux avantage à entreprendre tôt ici : http://site-communautaire.blogspot.com/2010/06/entreprendre-apres-ses-etudes.html

    • Romain Simon 5 janvier 2011   Reply →

      Merci. C’est vrai qu’il y a aussi des inconvénients à entreprendre pendant ses études, mais il me semblent assez peu importants. Après, je ne dis pas qu’il faille monter une entreprise qui nous prenne tout notre temps, mais plutôt faire des essais et développer des activités comme celles-ci : « Vous pouvez développer une application iPhone à la vendre, vous pouvez faire du consulting, vous pouvez faire de l’import-export sur Ebay, vous pouvez devenir blogueur professionnel, … »

  • Hatim 4 janvier 2011   Reply →

    Hatim aime ça.
    Voilà un article qui mérite d’être lu, je t’en félicite vraiment !
    Étant moi même étudiant, c’est la 7ème idée de ton classement qui me tournait trop dans la tête, mais j’ai trop vite pu la chasser.
    PAS DE PLACE POUR CE QUI M’EMPÊCHERA D’ENTREPRENDRE 😀

    • Romain Simon 5 janvier 2011   Reply →

      Merci pour ton compliment ! 😀
      L’avantage du blogging comme tu le fais c’est qu’en cas d’échec tout ce que tu as perdu c’est du temps et le prix de ton hébergement… ce n’est quand même pas grand chose. Et encore, je ne vois pas comment il est possible de ne pas rentabiliser son hébergement : une seule publicité suffit même si elle n’est pas optimisée.

  • Bien résumé.
    Il y aune citation que j’utilise souvent pour cela : « Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que c’est difficile… »
    On peut même limiter la casse en cas d’échec : le statut de la SARL par exemple limite les pertes au capital engagé par les associés dans l’entreprise.

    • Romain Simon 5 janvier 2011   Reply →

      Le statut de SARL nécessite déjà que l’on veuille monter une entreprise ambitieuse (et il faut des associés).
      Il me semble qu’il est plus pertinent de commencer en temps qu’entrepreneur individuel (EIRL si l’on veut limiter les risques) et changer ensuite de statut si l’activité prend vraiment de l’ampleur. Qu’en penses-tu ?

  • Roger 15 janvier 2011   Reply →

    Ah ah ah ! Super ton article ! Tres rapide a lire et plein d’ humour !
    Je suis tombe sur ton site par celui de Remy Bigot sinon je ne sais pas comment j’ aurais pu te trouver, maintenant je t’ ai « bookmarke ». Continue a ecrire ! Merci !

    • Romain Simon 15 janvier 2011   Reply →

      Merci beaucoup Roger !
      Ton commentaire me fait plaisir et me motive à écrire de nouveaux articles.
      A bientôt 😉

  • Claude (Mercure) 16 janvier 2011   Reply →

    100% d’accord avec toi Romain. Je suis convaincu que tu es dans le vrai. Cet état d’ésprit te mènera loin.
    Whatever the mind of man can conceive and believe, it can achieve.

    • Romain Simon 16 janvier 2011   Reply →

      Merci pour ces encouragements, et pour ta citation Claude !
      Nos seules limites que l’on a sont celles que l’on se fixe, et je te répondrai donc par une autre citation :
      « They didn’t know it was impossible, so they did it. » M. Twain
      A très bientôt

  • Bon article effectivement. Je ne pense pas qu’être étudiant soit un frein à l’entreprenariat, il peut même être avantageux, vous pouvez parler de votre projet facilement (étudiants ou profs), tester votre projet (si la cible correspond) et pourquoi pas profiter des structures de votre école.
    De toute façon on voit des tas d’étudiants réussir dans la création d’entreprise.

    • Romain Simon 19 janvier 2011   Reply →

      Merci Michael.
      J’ai regardé ta page « A propos » : tu as commencé à entreprendre quand tu étais encore étudiant ?

      • J’ai commencé des projets web quand j’étais en L3/M1, ce n’était pas vraiment de l’entreprenariat, mais bon l’idée me trottait déjà dans la tête.

  • Martin 12 février 2011   Reply →

    J’adore l’article. Le premier point est vrai, mon beau frere voulait se lancer mais gagnant un très très bon salaire, et ayant une maison à rembourser, il n’a pas sauté le pas.

    le second point me plait aussi. J’utilise mes cours de New product development pour lancer un nouveau produit ‘ebook) sur mon blog. L’apprentissage par l’action, il n’y a que ca de vrai

    Pour le point 3, tout à fait. J’ai demandé a mon prof de négo: j’ai un gros client qui me rapporte 200$ par mois, je souhaite le fidéliser je compte lui offrir 10% de rabais. Il m’a dit: tu ne devrais pas mais plutot lui offrir un peu plus de pub pour le même prix. J’ai fait ca… et ca a marché. Des experts de qualité « gratuits » (il y a les frais de scolarité), sans mauvais jeu de mot, cela n’a pas de prix

    Pour le point 4, certains disent: le succès, c’est 5% de bonne idée, 95% de travail… +1

    Pour le point 5, je suis plus nuancé. Certes on n’a pas besoin d’avoir un associé, mais le réseau ca aide aussi. Sans découvrir un réseau de blogueurs de DP, je n’aurai pas appris tant sur le webmarketing, sur le bloguing, ni lancé candix.fr…

    Le point 6 évoque tres bien la procrastination. C’est comme quand je dis a un ami: pourquoi ne pas monter ta boite. Il me dit: oui mais si j’échoue? Je lui réponds, oui mais si tu réussis? Si tu n’es pas un boeuf et lance le projet comme il se faut avec un solide plan B derrière, pourquoi pas? Apres je pense que ca depend de l’état d’esprit de chacun…

    Pour le dernier point (point 7) étudiant aux USA, je trouve qu’on aurait à gagner à s’inspirer de la pensée positive des USA. Si tu pose une question (même de bas niveau) tu montre que tu cherche à s’améliorer, à progresser donc on te motivera en positivant. Tandis qu’en france, on te regarde de haut… Je pense que les idiots, ce n’est pas ceux qui posent des questions, c’est au contraire ceux qui n’en posent pas, qui ne se remettent pas en cause ou ne cherchent pas a progresser…

    Bonne soirée

  • thosko 13 mars 2011   Reply →

    Il faut un peu plus qu’1 euro symbolique au départ, ne serait que pour prendre un compte en banque ou pour publier l’annonce de la création dans un jour officiel.

    Tout le reste est vrai 🙂

  • Elodie 20 mars 2011   Reply →

    Voilà un article qui me fait plaisir ! Je vois que de plus en plus d’étudiants se sentent « d’attaque » pour entrepreneuriat et j’espère que cela va bouger un peu la France ! Bravo pour ta motivation, cela m’a pris plusieurs années pour ne plus avoir « peur » et quand je me suis lancée je me suis vraiment demandé pourquoi je n’avais pas commencé plus jeune 😉

  • Blog high tech 5 juillet 2011   Reply →

    Je suis un passionné des nouvelles technologies et j’ai toujours été attirés par l’entrepreunariat.
    Toutes les lectures que j’ai faites vont dans le même sens, la seule vraie barrière est la peur de se lancer dans l’aventure.
    La preuve, je suis toujours salarié !

  • Sam 10 décembre 2011   Reply →

    Je rencontre de plus en plus d’étudiant entrepreneur, alors n’hésitez pas, allez-y!

  • Vadim Vichniakov 28 février 2012   Reply →

    Ton article est top Romain 😉 Bravo!

    • Romain Simon 28 février 2012   Reply →

      Merci Vadim. Comment ça va ?
      Tu as toujours dans l’idée de créer une entreprise ?

  • Vadim Vichniakov 28 février 2012   Reply →

    C’est fait 😀 Maintenant, gérer les cours et bosser en parallèle n’est pas toujours évident hehe, on en reparle un de ces quatre, en tout cas, comme tu le dis, je ne le regrette pas une seconde et j’ai envie de monter d’autres projets. Continue comme ça, j’aime beaucoup le contenu de ton blog 😉

  • anne 1 décembre 2013   Reply →

    et si on n’est pas étudiant en management mais en sciences humaines, et qu’on n’a jamais eu de cours de droit ou d’économie, ça marche quand même ?

  • Guillem 26 février 2014   Reply →

    Salut Romain ! Je voulais juste rebondir par rapport au point 3, je suis moi-même en train de monter mon projet tout en faisant un master marketing et qui dit master dit stage et justement je ne peut pas être mon propre tuteur de mon stage ^^. Il faut que je sois héberger en pépinière ou dans mon école, malheureusement, … Donc peut être que l’astuce qui tu as énoncer est pas forcément vrai tous les contextes. Aller bonne soirée !

    • Guillem 26 février 2014   Reply →

      PS : Sinon ton blog est vraiment exceptionnel ! Beau travail !

  • Laurent 18 juin 2014   Reply →

    T’as complètement raison, quand on a une idée, il faut l’utiliser!! Mais après reflexion, parce que les choses auxquelles on ne prend pas le temps nécessaire de penser comme il se doit, finissent plutôt mal! On ne devient pas entrepreneur du jour au lendemain, et on ne monte pas son affaire les yeux fermés, il faut un minimum de temps de recherche et de documentation, il faut demander l’avis général également histoire d’être sur que l’idée est bonne! Et ça prend du temps tout ça … alors autant commencer jeune 😉

Leave a comment